PROGRAMMATION

LES NUITS DES ARÈNES #6

Le festival Les Nuits des Arènes #6 est reporté en juin 2021

VENDREDI 11 JUIN

Billetterie à partir de 18h00

/ ESPACE ARÈNES /

 18H00 • 19H30

Nicole Miquel / FlavioTarquinio

[Vernissage]

Visuel Vernissage.png

 18H30 • 22H30

Archibald

[Concert]

ARCHIBALD_©_Jean-Baptiste_Millot_5Mo.jp

Il est des voyages qui, plus que d’autres, nous touchent, nous émeuvent, parce qu’ils savent nous embarquer au long cours, nous faire découvrir des ailleurs que l’on ne soupçonnait pas, parfois lointains, parfois intérieurs.

 

Ce magnifique voyage intérieur, c’est Archibald, alliance savante de deux artistes de talents, Nicolas Gardel à la guitare et Roxane Terramorsi (Les Franglaises) au chant, qui nous le propose. Sur des mélodies pop électro jazzy que viennent enrichir chants inuit et voix bulgares, la voix envoûtante de Roxane, cette biologiste qui a étudié la vie animale sur la planète entière, traduit cette énergie presque chamanique qu’elle a pu ressentir lorsqu’elle a relevé le pari - un peu - fou de cette résidence artistique au Groenland. Par petites touches impressionnistes, elle recrée ainsi pour nous chacun des moments inouïs de ce voyage autant musical qu’humain pour le faire nôtre et nous emmener à la découverte d’une culture où mythes et légendes prennent corps pour mieux, entre sensualité et mélancolie, toucher notre âme.

Crédit photo : Jean-Baptiste Millot 

Vakia Stavrou

& Carlos Bernardo

[Concert]

Vakia Stavrou, chanteuse et compositrice originaire de l’Île de Chypre, est une cosmopolite, un cœur vagabond  : elle donne des concerts partout dans le monde.

Dans ses bagages, elle cache les plus belles chansons méditerranéennes/luso-hispaniques qu’elle interprète en compagnie du guitariste brésilien Carlos Bernado, son collaborateur depuis des années. Vakia Stavrou maîtrise plusieurs langues et chante à sa manière des mélodies connues et moins connues, avec une force lumineuse et une fragilité remarquable.

La Pérille Mortelle

Typhaine D

[Théâtre]

Voyage en Matriarcate, quand, en française, la féminine l'emporte sur la masculine... Venez voyager dans un monde où les femmes retiennent depuis des siècles tous les leviers du pouvoir et exhibent leurs menstruations avec fierté, où les petits garçons sont élevés pour ne se destiner qu'aux tâches domestiques et au soin des autres avec humilité et discrétion, où de vieilles académiciennes repues de privilèges hurlent à la "Pérille Mortelle" quand des militants masculinistes demandent un langage un peu plus inclusif...

Occasion de revenir de manière humoristique sur des débats qui secouent l'actualité, et de faire entendre d'autres possibles pour la langue, et l'égalité ! D'abord une performance, "La Pérille Mortelle" devient un nouveau spectacle inédit... à la "Féminine Universelle" !

Texte et mise en scène : Typhaine D 

Avec le soutien de l'association Osez le féminisme !, et de l'association Femmes ici et ailleurs. 

 

Crédit photo : Nora Hegedüs

SAMEDI 12 JUIN / LA JOURNÉE

Entrée libre

/ ESPACE ARÈNES

10H00 • 12H30

Kids Street Art

Delphine Epron

[Atelier Jeunesse]

Chaque enfant imagine, dessine et met en couleur son «  blaze » sur un grand papier, à la manière d’un street artiste. Peinture, pastels, marqueurs… chacun.e est invité.e à laisser parler sa créativité et à sa personnalité pour repartir avec une œuvre unique !

" Même pas peur " 

Pía Kalfon

[Atelier Jeunesse]

Pía Kalfon, artiste textile travaillant depuis des années auprès de jeunes publics,  invite les enfants à enfermer leurs peurs dans une « goutte d'eau magique ». Brillante dans la nuit noire, cette création personnalisée réalisée avec soin (peinture, poudre brillante, colle à bois …) éloignera leurs peurs et décorera leur chambre !

12H30 • 14H30
15H00 • 15H40

Disco Soupe

Papa Merlin

12viesdaniel

[Théâtre musical]

[Déjeuner]

Déjeuner convivial préparé avec vous : les Disco Soupes (ou Disco salades et Disco Smoothies)sont des sessions collectives et ouvertes de cuisine de fruits et légumes rebuts ou invendus dans une ambiance musicale et festive.

 

Les soupes, salades, jus de fruits ou smoothies ainsi confectionnés sont ensuite redistribués à tou-te-s gratuitement.

 

Les Disco Soupes permettent l’éducation à une cuisine saine et goûtue, la (re)découverte du plaisir de cuisiner ensemble, la création de zones de convivialité non-marchandes éphémères dans l’espace public, et, bien sûr, la sensibilisation du plus grand nombre au gaspillage alimentaire.

16H00 • 16H40

Véritable carte postale musicale, ces troublions multi-instrumentistes vous entraînent dans un tour du monde où vous rencontrerez des marmottes en colère, un doudou porc-épic qui gratouille, un quetzalcóatl, et bien d'autres personnages hauts en couleur, râleurs-rappeurs, aventuriers amoureux de la planète...

 

Leur univers multiple et poétique se veut sans barrière musicale du yodel, au reggae, du folk à la chanson française, des rythmes afro-cubains, de la batucada aux mélodies Hulusi chinoises …

Un concert survitaminé, rythmé par des improvisations et une interactivité avec les enfants pour une performance scénique sans cesse renouvelée.

Avec : Alain Viry (en solo pour le festival) 

17H00 • 18H00

Rémi Do et Gagaboum 

Compagnie Regarde il neige

[Théâtre musical]

Dodo_Rémi_Do.jpg

Les Chanteurs Français Enfourchent Tigrou

Compagnie Un Pas de Côté

[Concert]

LES CHANTEURS FRANCAIS - POLYNOTES PARIS

Rémi Do et Gagaboum est un spectacle musical destiné à la petite enfance (à partir de deux ans). Il raconte à travers la musique la rencontre entre entre deux univers : celui de la ville et celui de la campagne.

Ces deux univers seront incarnés chacun par un personnage :

 

Rémi Do, musicien des champs, joue d’instruments classiques et acoustiques : charango, guitare, concertina. Il est poète, rêveur et aime par-dessus tout inventer des mélodies en sifflotant.

 

Gagaboum, musicienne de la ville, joue d’instruments amplifiés ou détournés : clavier-guitare, theremin, mégaphone. Elle est vive, curieuse et elle aime expérimenter avec les sons.

 

Ils sont voisins, mais n’ont jamais osé se parler. Animés par leur volonté de communiquer et de partager, ils s'inviteront enfin à déjeuner l’un chez l’autre. Chacun fera preuve d’humour et de curiosité afin de faire découvrir à l’autre son univers pour finir par décider de jouer et chanter ensemble.

Texte et Musique : Gaëlle Hispard et Mathieu Gerhardt

Mise en scène : Marc Beaudin et Gaëlle Hispard

Création musicale : Mathieu Gerhardt et Gaëlle Hispard

Scénographie et Lumières : Marinette Buchy

Création sonore : Simon Poupard

Interprétation : Gaëlle Hispard et Mathieu Gerhardt

Crédit photo : Margaux Conduzorgues

Les Chanteurs Français™ apparaissent dans le paysage médiatique hexagonal du milieu du XXème siècle de notre ère. Ignorant tout des tourments politiques et postcoloniaux de leur époque, ils se produisent le samedi soir dans des téléviseurs noir-et-blanc puis couleurs de foyers baby-boomers. 

 

Généralement tout-nus et tout bronzés, Les Chanteurs Français™ y chantent des rengaines entêtantes que l’on continue d’entendre aujourd’hui dans nos supermarchés ou nos automobiles thermiques. 

Reproduisant le capital culturel de leurs parents, leurs enfants occupent les ondes nationales du début du XXIème siècle et préparent le terrain de leurs propres héritiers selon un schéma établi naguère par Pierre Bourdieu. 

Un spectacle musical de Nicolas Lambert (mise en scène Nicolas Lambert)

produit par la compagnie Un Pas de Côté

Avec : Bertrand Aimar / Nicolas Bacchus / Hélène Billard / Nicolas Lambert

Crédit photo : David Desreumaux

/ ESPACE RENCONTRES & DÉBATS

14H30 • 15H30

Brest-Vladivostok : journal d'un enthousiaste

Philippe Fenwick 

[Lecture-dédicace]

Auteur, acteur et metteur en scène, Philippe Fenwick conçoit un projet fou et démesuré : jouer dans le plus de villes possibles le long des voies ferrées - dont celles du mythique Transsibérien - qui relient Brest à Vladivostok, l’Atlantique au Pacifique. Reste à trouver une histoire en français et en russe, un spectacle accueillant comédiens, musiciens, circassiens. Ce seront les souvenirs et les visions oniriques de Jacques Mercier, vedette d’un music-hall brestois, vivant reclus depuis la fermeture de celui-ci dans les années 80. 

Au début, tout s’enchaîne à merveille, une subvention conséquente est même allouée à la compagnie. Mais, très vite, les promesses sont retirées et les problèmes administratifs, techniques, sentimentaux menacent de plomber l’odyssée. Entre euphorie et désespoir, Fenwick s’acharne. Rien ne l’empêchera d’atteindre l’Extrême-Orient. 

Élevé par une grand-mère russe partie pour le Gers, issu d’une famille ayant fait fortune dans les chariots-élévateurs ayant tout vendu et tout dépensé, amoureux invétéré du théâtre itinérant, Philippe Fenwick a tout du personnage d’un roman. Si « Atavisme », sa pièce de théâtre franco-russe est bien parvenue à Vladivostok, son Journal d’un enthousiaste joue des illusions, des faux-semblants. Tout est vrai, tout est faux dans ce conte picaresque. À commencer par le double de l’auteur, Jacques Mercier dont l’inexistence n’a jamais encore été réfutée…

 

Philippe Fenwick est l’auteur de Un théâtre qui marche (Actes Sud, 2010).

15H30 • 17H00

Perdre l'autre et le retrouver : 

Une expérience de l’altérité contre la disparition

[Débat]

szabo-viktor-8MU2zOaDU4M-unsplash.jpg

Il y a un an, nous nous apprêtions à vous retrouver pour échanger et aborder l’altérité de façon critique, sous le prisme de la reconnaissance faciale et la big data. Depuis lors, notre expérience de l’autre a été rebattue, organisée et régulée par de nouveaux outils et écrans numériques. Elle a été avant tout celle de l’absence, du « distanciel », de la dissolution du regard et des visages. Aujourd’hui, nous souhaitons explorer avec vous ces nouveaux espaces altérés de la relation à l’autre en la confrontant à ce que nous défendons, à travers l’image documentaire et le geste photographique : une altérité de co-création, transformatrice, qui rend à l’ordinaire humain sa noblesse et sa dignité autant que sa place dans ce monde, dans sa mémoire comme dans son avenir.


Nous savons avec Emmanuel Levinas que le visage ne représente pas seulement le lieu où chacun se donne à voir, mais qu’il est aussi le lieu de notre relation à l’autre, de notre mutuelle reconnaissance, et qu’il est donc fondateur du rapport interpersonnel et du rapport social. Ce visage de l’autre engage notre responsabilité et notre dignité d’être humain, en ce que nous dépendons de lui pour être au monde, devenir soi. C’est dans l’espace de cette rencontre, à la fois universelle et intime, que se tient aussi la possibilité d’une transformation du réel dans laquelle l’art a à prendre sa part.
      

Dès lors, de quel monde nous parlent la reconnaissance faciale et l’emprise des technologies numériques sur nos vies, à l’heure de cette prise de distance ? De nos censures, de nos libertés et du contrôle que nous sommes prêts à assumer ou non. Quels nouveaux territoires sont délimités par ces pratiques ? Quels en sont les usages, la véritable finalité ? Comment reprendre pied et l’échapper belle dans le monde qu’il nous appartient de construire maintenant, avec l’Autre ?

Conception et modération Sophie Artaud, responsable de la programmation culturelle de Photo Doc, auteure et réalisatrice documentaire, formatrice aux Gobelins, Ecole de l’image. 

Intervenants invités : 

  • Christine Delory-Momberger, professeure en sciences de l’éducation et de la formation à l’université Sorbonne Paris Nord, co-directrice du Groupement d’Intérêt scientifique Le Sujet dans la Cité, auteure photographe 

  • Valentin Bardawil, réalisateur et scénariste, co-fondateur de Photo Doc et curateur de l’exposition présentée aux Arènes, « Rêves, Gloire et Passion, une série photographique de Flavio Tarquinio

D’autres intervenants restent à confirmer : auteur-e, artiste et journaliste.

17H00 • 18H00

Tout sera différent Compagnie Avant l'aube

[Lecture]

À l’approche de ses trente ans, tout vacille dans la vie déjà bancale d’Alma Brunel. Sa mère, atteinte d’une forme précoce de la maladie d’Alzheimer, va être placée en EPHAD. Hantée par l’idée de perdre à son tour la mémoire des choses, Alma va se confronter aux silences qui peuplent son histoire familiale. Son père est français ; sa mère, algérienne, est arrivée en France à la fin des années 60. Personne, pourtant, ne lui a rien dit ou presque des réalités de la guerre, des méandres de l’intégration et de la violence de l’exil.

 

Mais peut-on réparer des traumatismes que l’on n’a pas soi-même vécus ? Comment se sentir à sa place, quand on est tiraillé entre deux identités ? Face à l’oubli, qu’est-ce qui se transmet, qu’est-ce qui se partage ?

Tout sera différent explore la mémoire intime d’une génération en quête de ses origines pour tenter d’éclairer le chaos du présent. Avec une conviction : quelque chose peut naître des cendres.

/ ESPACE EXPOSITION - TOUTE  LA JOURNÉE

Genre photographique, photographie de genre 

Nicole Miquel

Rêves, Gloire et Passion

Flavio Tarquinio,

Photo Doc

[Exposition]

_DSC0394_509.jpg

[Exposition]

1-CREDIT FLAVIO TARQUINIO.tiff

À la fin des années 80, alors jeune photographe en devenir et passionné de cinéma, Flavio Tarquinio, lui-même enfant des quartiers populaires de Lille, explore et questionne les lieux qui l’ont vu grandir. Porté par son intuition, et fasciné par les personnages qu’il croise dans les chaleureux cafés nordistes où il lui arrive de servir des verres, il s’immerge dans une aventure documentaire au long cours qui le mènera à l’aube des années 2000.

 

Il y fait la connaissance d’une communauté fragile et solidaire, vivant de peu, flamboyante et gaie, porteuse de traditions populaires qui font place à la fête à la musique, où l’amitié, la débrouille et l’accordéon tiennent lieu de richesse et d’oubli. Alain et Marie-Claude Govaert, Jean-Marie, Madame Alice… Tous se retrouveront dans ce petit appartement du Nord de la France pour célébrer ensemble des instants de vie aux tonalités multiples.

 

Les images de Flavio Tarquinio leur ouvrent la porte à une vie rêvée, une vie documentaire qui redonne force et vérité à ceux qui ne sont jamais représentés. Le geste photographique ici guidé par une profonde expérience de l’altérité, opère une transformation du réel qui laisse au cinéma et aux grands maîtres baroques la possibilité de surgir par effraction.

Crédit photo : Flavio Tarquinio

/ ESPACE MARCHÉ - TOUTE  LA JOURNÉE

Nicole Miquel donne ici une visibilité nouvelle à celles qui sont généralement privées du regard des autres, en réactivant des formes esthétiques canoniques. La première série a été réalisée alors qu’elle recueillait les témoignages de femmes placées en maison de retraite, en situation d’isolement. La reprise des codes classiques du portrait induit chez ses modèles de spontanées mises en scène de soi qui ne contrarient pas l’empathie évidente qu’elles suscitent.

 

La seconde s’attache à des femmes sans domicile prises dans leur repos, en position de gisant(e)s. L’évocation de cette tradition sculpturale funéraire anoblit ironiquement la scène, tout en rappelant, sans misérabilisme, la réalité brute de leurs conditions de vie. La dernière, enfin, capture des militantes féministes durant des manifestations de rue. Reproductions fortuites de tableaux d’histoire, ces photographies confèrent une dignité certaine à ces femmes en lutte tout en rendant un hommage sincère et appuyé à leur engagement.

Florian Gaité

Crédit photo : Nicole Miquel

Marché de créateurs
DSC_0534.jpg

Comme chaque année, les Nuits des Arènes mettent à l’honneur l’artisinat et la créativité grâce à un marché convivial et coloré. 

L’occasion de créer une véritable rencontre entre festivaliers et créateurs.trices !

 

Pour cette 6ème édition, venez découvrir les accessoires upcyclés de Labelfabrique, le concept store mode Absolème, les jolis accessoires en cuire de Lyria M. et beaucoup d’autres créations artisanales !

SAMEDI 12 JUIN / LA SOIRÉE

/ ESPACE ARÈNES / 18H30 - 22H30

Charlotte Fever

[Concert]

Grands aventuriers de la pop, explorateurs des jungles fantasmées et touristes de l'amour, les Charlotte Fever défient jour après jour la morosité du climat parisien avec leur univers solaire. Tanguant au rythme des marimbas, le duo laisse la moiteur torride des tropiques s'emparer des nappes de synthés et enfiévrer sa pop francophone, à la lascivité dévorante.

Crédit photo : Kévin Blain

Ehla

[Concert]

[DJ set]

Interpellée par l’humain et ses failles depuis toujours, Ehla n’écrit que des textes personnels, et a décidé de jouer la carte du groove pour les rendre accessibles sans perdre leur profondeur. Sa voix feutrée est sa meilleure alliée, dotée d’un phrasé précis et d’une capacité épatante à faire rebondir les mots. Le tout porté des nappes de synthés analogiques, des basses affirmées et des rythmiques calibrées… Entre le potentiel funk y de « L’antidote », la ballade R’n’B de « Nuit blanche », l’électro-pop en clair-obscur de « Pas d’Ici » ou les relents souls de « MCMC », Elha assume sa vulnérabilité mais réussit à nous entraîner sur le dance-floor.

 

Ses complices Angelo Foley (Christine & the Queens, Eddy de Pretto...) et Enzo Serra (Nemir, Deen Burbigo...) ont imaginé des arrangements cultivant l’amour de la chanteuse pour les années 90 en préservant leur contemporanéité. Car Ehla est une fille solidement ancrée dans son époque, dont les morceaux aux humeurs variables mais à l'indéniable sincérité sont voués à toucher plusieurs générations. En plein cœur ! 

Crédit photo : Élodie Daguin

Depuis presque deux ans, la fratrie Tomasi se balade sur la scène parisienne prônant la bonne ambiance. Théo et Victor sont aussi bien complices dans la vie que derrière les platines, ce qui fait de leurs sets un véritable duo et associent différentes sonorités issues d’une oreille musicale affûtée depuis l’enfance. Ils aiment voguer de la house funky à la techno en passant par la micro.

Housecall est un duo de musiciens et DJ né à Rouen en 2016, actif à Paris depuis 4 ans. Résidents du collectif Lucien et de le Friche Lucien, ils jouent principalement de la House music et s’emparent des styles qu’ils rencontrent (funk, disco, classic, ghetto, voguing, electronic). Régulièrement au Mellotron pour passer leurs dernières découvertes, vous avez pu les voir en club ou en festival : Hasard Ludique, Plage de Glazart, Ouest Park Festival et bien sûr à La Friche Lucien de Rouen.

C’est lors de la 5ème édition des Nuits des Arènes, derrière leurs vinyles, que Tomasi et Housecall se sont rencontrés. Ils ont tout de suite eu envie de poursuivre cette belle collaboration musicale et se sont d’ailleurs donnés rendez-vous sur plusieurs dates pour partager les platines !

DJ set

Housecall X Tomasi

DIMANCHE 13 JUIN

Billetterie à partir de 14h00

/ ESPACE ARÈNES / 15H00 - 19H00

Voodun

[Concert]

Voodun.jpg

Luke Anger

Il y a quelque chose d’à la fois doux, acidulé et vénéneux chez Voodun. Amalgame où le charnel de la voix de Mansara

se love dans des beats et triturations électroniques. Les claviers et le violoncelle organique de Thomas Dodji Kpadé couronnent ce métissage sorcier. Tantôt nude et groovy, rugueux et perfectible, Voodun avec nonchalance dévoile une dualité existentielle, dialogue entre psalmodie sensuelle, évocatrice et une pop clinquante et tranchée.

Voodun est un groupe électro-pop formé de Thomas Dodji Kpadé (claviers, violoncelle) et de la chanteuse Mansara (voix, samples). 

Crédit photo : Amaury Voslion

[Concert]

ARTWORK Luke Anger front.jpg

Ancien membre de Birdy Hunt puis musicien pour différents artistes tel que Joseph Chedid ou Crayon, Luke Anger se lance dans un projet solo dans lequel il livre un univers personnel et profond. Il produit son premier Album aux sonorités Pop-Electronique, allant de la coldwave au Jazz/hip-hop.

Loane Coste

[Concert]

©Romain Hirtz_10.jpg

Loane est une auteure compositrice parisienne qui mélange musique électronique, chansons pop nocturnes et spleen urbain. Imprégnées de synthés et de beats minimalistes, ses chansons organiques et aériennes invitent au voyage intérieur. Ses paroles intimes et poétiques traduisent les émotions sans filtre ni artifice. Loane a commencé à composer quand elle n'avait que 12 ans. Elle a sorti des featuring avec Lenny Kravitz, Christophe ou le réalisateur français Michel Gondry sur ses albums précédents. Artiste polyvalente, elle est également réalisatrice de clips (“Normale”, “Partout”). Solitaire, solaire mais aussi sombre et fragile, Loane envoûte instantanément le public sur scène avec ses chansons intemporelles, son piano et sa voix éraillée et profonde. 

Macadam Crocodile

[Concert]

Capture d’écran 2020-07-07 à 17.18.07.pn

Xavier Polycarpe (Gush) et Vincent Brulin (IZIA, Alain Chamfort) ont longtemps écumé les scènes nationales et internationales, leur réunion, après des années à accumuler de l’expérience, sonne comme le besoin de faire danser sans retenue, de jouer, tout simplement, d’apporter cette folie du live qui les caractérise désormais. Macadam Crocodile, c’est une jam new-disco bourrée de synthés, de batteries afro-funk, faite de délires pop qui brillent par leur spontanéité.

 

Le groupe est né il y a trois ans dans un studio à Montreuil. En se basant sur de vieux samples, les deux musiciens se sont rapidement constitué un répertoire d’impros  délirantes, sauvages, qui leur permettaient de jouer parfois pendant trois heures dans des clubs. Entre temps, le duo a séduit de nombreux programmateurs par sa fraîcheur, sa présence scénique, et ses lives modernes joués sans interruption à la manière d’un DJ set. Hors de question cependant de s’enfermer dans une cabine studio pour enregistrer, leur premier album paru le 22 mai dernier, est capté en live lors d’un concert à Paris, au Badaboum. Une salle pleine à craquer, une ambiance survoltée, un format rare, mais un objectif : conserver intacte l’énergie qui les définit.

C'est donc une nouvelle étape qui se dessine pour Macadam Crocodile, qui a fini par délaisser les samples pour se construire un son à la croisée de la funk des années 70 et la nu-disco d’aujourd’hui. Avec un credo : le morceau ne sera jamais joué comme il a été écrit, parce qu’il n’a jamais été écrit.

Crédit photo : Pierre-Emmanuel Testard